Communiqué - Fermeture de l'urgence de Senneterre : le ministre Dubé doit revoir sa position

Communiqué - Fermeture de l'urgence de Senneterre : le ministre Dubé doit revoir sa position
mercredi 15 septembre 2021
Le maire de Senneterre est sous le choc suite à l’annonce du ministre de la Santé, M. Christian Dubé, en point de presse aujourd’hui concernant la fermeture de l’urgence de Senneterre. « Le ministre a lancé cette bombe en point de presse qui arrivait de nulle part. C’est totalement irrespectueux envers notre milieu et notre population », rage M. Jean-Maurice Matte, maire de la Ville de Senneterre.

Le ministre faisait référence à un plan de contingence rédigé par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT) qui comprenait la fermeture partielle de l’urgence de Senneterre, justifié par la pénurie de main-d’œuvre. « Le personnel infirmier qui travaille à Senneterre a choisi cet établissement pour des raisons qui leur sont propres, pas certain qu’ils feront le choix d’aller travailler dans d’autres établissements » a affirmé M. Matte. « Déshabiller l’un pour habiller l’autre n’est pas la solution à la pénurie de main-d’œuvre. Les gains administratifs sont négligeables et cela met en péril toute une population par un bris de service important », a-t-il ajouté.

Les gens se retrouveront devant une porte barrée et des lumières fermées. La solution du ministre : une heure d’ambulance pour aller surcharger les urgences de Val-d’Or ou d’Amos. Le ministre doit réviser son plan de contingence et maintenir l'urgence 24/7 et les services de proximité à Senneterre.

Cette annonce soulève également de l’inquiétude pour le CHSLD de l’endroit. Situé à même le centre de santé, le CHSLD profite de la présence du personnel infirmier à toute heure du jour ou de la nuit. « Qu’adviendra-t-il des résidents? Seront-ils appelés à déménager dans un autre centre ailleurs en région? » s’interroge le Maire. De plus, la Résidence Desjardins et le Pavillon Yvon Boucher sont reliés par un corridor au centre de santé. Soixante personnes demeurent dans ces deux résidences. « L’inquiétude est présente chez ces résidents qui ont choisi ce milieu de vie, entre autres, parce que la proximité du centre de santé leur apportait la sécurité. »

M. Matte mentionne : « Encore cet été, le CISSAT disait que les urgences étaient bien en selle, ce qui de toute évidence n’était pas le cas ». Il est évident que l’on souhaite résorber, en partie, les problématiques de main-d’œuvre en région sur le dos de la population de Senneterre. Cette situation annoncée comme temporaire à court terme risque d’être permanente. Les enjeux de main-d’œuvre sont loin d’être réglés et le pôle de Senneterre n’a pas à subir les frais du laxisme gouvernemental en cette matière. « Le CISSSAT a fait des services de proximité une priorité. Il ne doit pas se faire imposer par le ministre un plan de contingence qui va à l’encontre de ses valeurs régionales. » La Ville de Senneterre entend mobiliser la population et revendiquer le maintien d’une urgence 24/7 à Senneterre et la révision d’un plan de contingence qui le dépouille d’un élément essentiel à la qualité de vie de tous ses citoyens.

— 30 —

Source : Jean-Maurice Matte
Maire
Ville de Senneterre
Tél. : 819 737-2296, poste 210
Cell. : 819 856-5863
jmmatte@ville.senneterre.qc.ca


Cliquer ici pour consulter le communiqué





retourner à toutes les nouvelles +